Actualités – Prévention

Articles récents


  • Partage d’information sur la vaccination contre le COVID

    Partage d’information sur la vaccination contre le COVID

    Le 26 janvier 2021, une réunion sur la vaccination contre la COVID-19 a été préparée par Dr Ronan RUMEAU et Dr Bastien JEUDY-BROSSET. Cette réunion a été organisée pour répondre aux questions à propos de ce vaccin. Etaient présents des professionnels de santé de la maison de santé et des établissements de santé de Rieux-Volvestre.

    Pour se faire vacciner contre la COVID-19, il ne faut pas avoir été vacciné par tout type de vaccin (dont la grippe) trois semaines minimum avant la vaccination contre la COVID. De plus, en cas de contamination à la COVID-19, il est fortement conseillé d’attendre 3 mois avant de se faire vacciner. Cette préconisation est aussi applicable en cas de contamination entre les deux doses du vaccin (avant de recommencer le processus complet).

    Il existe de nombreux types de vaccins différents

    • Le virus vivant atténué (ex: vaccin varicelle)
    • Le virus vivant inactivé (ex: hépatite a)
    • Le vaccin à vecteur viral répliquant (ex: ébola)
    • Le vaccin à vecteur viral non répliquant (ex: astrazeneca)
    • Le vaccin à sous unité protéique (ex: Hépatite B, Coqueluche)
    • Le vaccin à particules pseudo virales (ex: Papillomavirus)
    • Le vaccin à ADN
    • Et le vaccin à ARN Messager

    Avant qu’un vaccin puisse être mis en vente, il existe 4 phases d’essai clinique (comme pour tout médicament) :
    Phase 1 : Cerner la toxicité de traitement Phase 2 : Démonter l’efficacité
    Phase 3 : Comparer l’efficacité au Placebo ou à un traitement de référence
    Phase 4 : Suivi post Autorisation de Mise sur le Marché
    (AMM)

    Le vaccin est plus efficace chez les moins de 50 ans car leur système immunitaire est plus efficace.

    Exemple de l’efficacité du vaccin :
    • Sur 10 000 personnes contaminées par la COVID (sans vaccin) :

    • 270 vont mourir
    • 800 seront en réanimation
    • 1400 auront de forts symptômes
    • Et les autres auront juste de petits symptômes ou seront asymptomatiques.

    • Sur 10 000 personnes contaminées par la COVID (avec vaccin) :

    • 13 vont mourir
    • 40 seront en réanimation
    • 70 auront de forts symptômes
    • et les autres auront juste de petits symptômes ou seront asymptomatiques.

    Cette réunion confirme donc le fait qui faille se faire vacciner, pour sortir de cette crise sanitaire inédite.

    Autrice : Marine Albert, stagiaire

  • Lombalgie aiguë, l’activité c’est la clé !

    Lombalgie aiguë, l’activité c’est la clé !

    84% des Français auront au moins une fois mal au dos au cours de leurs vie. Ce chiffre important peut être néanmoins diminué en suivant des recommandations simples de prévention.
    Les professionnels de la maison de santé, en première ligne sur cette thématique de santé publique majeure tant du point de vue économique que social, se mobilisent pour vous apporter des solutions préventive et curatives simples à mettre en place au quotidien.

    Qu’appelle t’on la lombalgie commune?

    C’est une douleur aiguë caractéristique de la région lombaire située au bas du dos, elle est autrement appelée « lumbago ». Cette douleur peut être accompagné par une sensation de blocage et de perte de mobilité. Les causes de cette pathologie sont multiples prévisible ou non : mauvaise posture, port de charge démesurée, sédentarité, gestes anodins du quotidiens…
    La lombalgie aiguë est une pathologie invalidante mais non grave, son évolution est normalement favorable en moins de 6 semaines. Sa cause principale est mécanique, elle est dû à des lésions musculaires, ligamentaire et tendineuses du système de soutient et de fonctionnement de la colonne vertébrale.

    En l’absence signes suivants, la lombalgie aiguë est une pathologie invalidante mais non grave.

    Les signes de gravité peuvent-être : douleur au repos et en particulier la nuit ; incontinence ; problème de motricité au niveau des jambes ; fourmillements, engourdissements au niveau du pubis ou du périnée ; traumatisme important (tel une chute de hauteur) ; perte de poids inexpliquée ; antécédent de cancer ; usage de drogue intraveineuse ; usage prolongé de corticoïdes ; déformation importante de la colonne ; douleur thoracique ; vous avez moins de 20 ans ou plus de 55 ans ans ; fièvre ; grande fatigue.
    Auxquels cas, parlez-en à votre professionnel de santé.

    LE SAVIEZ VOUS ? Le repos est le traitement adapté en cas de lombalgie aiguë ? FAUX !

    Selon une étude menée par l’Assurance Maladie en 2018, 45% des Français sont d’accord avec l’affirmation « le meilleur remède contre la lombalgie est le repos », ils étaient 68% en 2017. Cette amélioration significative est notamment dû à la diffusion de campagne de prévention télévisé visant à promouvoir les bons gestes au quotidien.

    Maintenant, à vous d’agir !

    Pour réduire l’impact de la lombalgie dans votre vie, il vous faut pratiquer une activité physique régulière adaptée à votre condition physique. Elle doit inclure des exercices de renforcement musculaire, d’étirement pour la mobilité et des exercices fonctionnels comme la marche, le jardinage ou tout autre activité selon vos préférences.
    Il est également nécessaire de suivre une alimentation saine et équilibré, le surpoids étant un facteur de risque aggravant dans la lombalgie aiguë. Vous retrouverez des conseils sur le site www.mangerbouger.fr.
    Toute augmentation de vos activités physiques quotidiennes ont un impact positif sur votre santé globale et notamment sur la lombalgie.


    Comment bouger quand j’ai mal ? Source : https ://ameli.fr

    Prévenir, mieux que guérir

    Pour prévenir le risque de récidive d’une lombalgie aiguë, poursuivez vos activités physiques. Au travail et dans les activités de la vie quotidienne adoptez les bonnes postures pour protéger votre dos, que ce soient lors d’une simple manutention ou lors d’une activité plus complexe.
    Pour plus d’accompagnement n’hésitez pas à vous adresser à votre professionnel de santé.

    Besoin de motivation ?

    Vous pouvez télécharger l’application Activ’dos, développée par l’Assurance Maladie. Cette application vous permet de tester vos connaissances sur votre dos, elle vous propose également des mises en situation dans les gestes et activités de la vie quotidienne ainsi que des exercices de renforcement musculaire et d’étirement pour prendre soins de votre dos.

    Sources :
    www.has-sante.fr
    www.ameli.fr
    www.inrs.fr

    Auteur et autrice : Vincent Santa-Cruz et Clothilde Segré

  • Groupes de parole “Parler le cancer du sein”

    Groupes de parole
    “Parler le cancer du sein”

    La maison de santé pluriprofessionnelle de Rieux-Volvestre vous propose une série de groupes de paroles pour les personnes ayant (eu) un cancer du sein. L’objectif de ces groupes est d’ouvrir un espace d’échange sans tabou et un espace de soutien entre personnes concernées.

    En fonction de vos disponibilités et possibilités, participez à un, plusieurs ou tous les groupes. Inscription 5 jours avant au plus tard obligatoire.

    Envoyez un SMS au 06 87 64 26 32 en indiquant : NOM Prénom, groupe(s) choisis et téléphone.

    Gestes barrières à respecter !

  • Nous pouvons tous prévenir et réduire l’impact du cancer

    Nous pouvons tous prévenir et réduire l’impact du cancer

    #JournéeMondialeContreLeCancer

    illustration : wurliburli de Pixabay

    Chaque année le 4 février est la journée mondiale contre le cancer. C’est pour la Maison de Santé Pluriprofessionnelle de Rieux, l’occasion de rappeler qu’une grande partie des cancers ne sont pas une fatalité. Nous pouvons agir et réduire les risques de cancer dans notre quotidien : « 3,7 millions de vies pourraient être sauvées chaque année si nous agissons. »

    Inutile de dépenser une fortune dans le dernier régime à la mode, dans un stage bien-être aux prétentions miracles ou dans une collection de livres trouvée sur une aire d’autoroute… Mais plutôt de suivre les conseils des institutions internationales de recherche contre le cancer et de promotion de la santé comme l’Organisation Mondiale de la Santé.

    4 cancers sur 10 sont évitables

    source : https://www.worldcancerday.org/fr/

    Nous ne sommes pas impuissants face aux cancers. 40% des cancers pourraient être évités par des modifications de nos comportements qui ne sont pas hors de portée, résumées ainsi :

    • Arrêter de fumer
    • Manger sainement, c’est-à-dire adopter une alimentation variée et équilibrée
    • Être physiquement actif dans notre vie quotidienne et éviter de rester assis trop longtemps
    • Limiter notre consommation d’alcool
    • Se protéger du soleil et éviter les solariums
    • Éviter les produits chimiques et polluants (notamment l’amiante, les pesticides et les récipients contenant du bisphénol A)
    • Se faire vacciner en particulier contre l’hépatite B et le papillomavirus humain.
    source : www.e-cancer.fr / CIRC / INCa 2018

    Ces changements d’habitude sont également bénéfiques pour d’autres domaines de notre santé : risque cardio-vasculaire, prévention du diabète, etc.

    C’est l’occasion à saisir pour faire le point sur notre consommation de tabac (www.tabac-info-service.fr) et d’alcool (www.alcoometre.fr), en ligne ou avec un professionnel de santé. Vous y trouverez possiblement des informations inattendues.

    Mais également de se poser la question : « manger sainement, ça veut dire quoi ? »

    Le site internet www.mangerbouger.fr donne des repères pratiques et au quotidien pour y répondre. « Il n’existe pas de recette ni de régime alimentaire miracle pour bien manger. Avant tout, cela revient à adopter une alimentation variée et équilibrée. En résumé : on peut manger de tout, mais en quantités adaptées, en privilégiant les aliments bénéfiques à notre santé (fruits, légumes, féculents, poissons…) et en limitant la consommation de produits sucrés (confiseries, boissons sucrées…), salés (gâteaux apéritifs, chips…) et gras. »

    Le dépistage organisé des cancers

    En France au niveau national, 4 programmes de dépistages / détection précoce existent pour :

    • le cancer colorectal : les hommes et les femmes de 50 à 74 ans sont invités, tous les deux ans, à réaliser à domicile un test de recherche de sang dans les selles ;
    • le cancer du col de l’utérus (en cours de déploiement) : les femmes de 25 à 65 ans sont invitées régulièrement (tous les 3 ou 5 ans selon l’âge) à se faire dépister ;
    • le cancer du sein : les femmes de 50 à 74 ans sont invitées, tous les deux ans, à se faire dépister ;
    • le mélanome (cancer de la peau), grâce à un examen régulier de l’ensemble de la peau, mené par un dermatologue. Chaque année, en mai, les dermatologues organisent une journée de prévention et de dépistage des cancers de la peau ; un examen de la peau y est réalisé gratuitement.

    Il n’existe pas de dépistage pour tous les cancers. Les dépistages ne sont recommandés, que si les bénéfices en termes de vies sauvées l’emportent de beaucoup sur les inconvénients. Cela peut varier individuellement et il est utile d’en parler avec un professionnel de santé.

    Si vous êtes à risque particulier de par vos antécédents familiaux notamment, un dépistage ou une surveillance personnalisée peut s’avérer nécessaire, parlez-en avec votre médecin.

    Un test pour réduire votre risque de cancer

    Mieux que celui proposé par votre voisin/voisine dans un magazine people et plus sérieux que celui trouvé sur doctiblaba, voici un test simple proposé par l’Institut National du Cancer : 3 minutes pour évaluer ses risques et les réduire et voir si vous avez retenu le plus important. https://www.e-cancer.fr/prevention-cancers-le-test/

    Enfin, avoir un cancer n’est pas une fatalité. Les investissements, l’information, les diagnostics et les traitements s’améliorent, et les chances de survivre au cancer augmentent. Si vous êtes ou avez été atteint d’un cancer, un accompagnement existe.

    Notez que la Maison de Santé de Rieux-Volvestre propose des groupes de parole « parler le cancer du sein », si vous êtes intéressés suivez les évènements à venir sur la page Actualités, ou parlez-en à votre professionnel de santé.

     

    Sources :

    https://www.e-cancer.fr

    https://www.santepubliquefrance.fr/

    https://www.worldcancerday.org/fr/

    Ressources :

    Infographie worldcancerday

    Auteur : Yohann Vergès

  • Ouverture du site internet de la MSP

    La maison de santé y réfléchissait de longue date et c’est aujourd’hui chose faite : les professionnels de santé ont été invités à donner vie collégialement à un site internet de présentation de la MSP de Rieux-Volvestre, commun à l’ensemble des professionnels, et dans le strict cadre légal et déontologique.

    En alternative aux “gazettes de la MSP” prévues avant le/la covid, et après la page Facebook de la MSP, nous vous invitons à découvrir ce site qui présentera les coordonnées et les informations utiles sur les professionnels qui exercent au sein de la MSP, les ressources et infos pratiques, les évènements organisés par la MSP, mais également l’histoire de la MSP et de son projet de santé, ainsi que des articles d’actualité et de prévention rédigés par les professionnels.

    Nous avons souhaité une navigation simple et claire, sentez-vous libre de nous partager vos commentaires via le formulaire de contact.

  • Meilleurs voeux 2021

    L’équipe de la maison de santé pluriprofessionnelle de Rieux-Volvestre vous souhaite une très bonne année 2021 et vous présente ses meilleurs vœux.

    Nous vous remercions pour votre confiance et nous vous faisons confiance pour sortir masqués.

    Suivez les actualités de la MSP sur notre site et notre page Facebook pour connaitre les événements que nous vous proposerons : ateliers d’éducation thérapeutique pour les patients diabétiques, ateliers “parcours de grossesse” pour les futurs parents et groupe de parole “parler le cancer du sein”.

    Source illustration : by freepik

  • Accueil sur place

    NE VENEZ A LA MAISON DE SANTÉ QUE SI VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS

    1. Venez sur rendez-vous uniquement.
    2. Les rendez-vous se prennent uniquement par téléphone (ou sur Internet).
    3. Venez à l’heure du rendez-vous et pas avant.
    4. Si vous arrivez en avance, attendez dans votre voiture et non en salle d’attente.
    5. Pas d’accompagnant sauf pour les enfants et personnes qui ne peuvent se déplacer seules. Si vous devez accompagner un patient, ne restez pas dans la salle d’attente pendant la consultation. Un seul accompagnant par patient.
    6. Portez un masque à usage unique ou en tissus. Le masque doit couvrir le nez et la bouche, il ne doit pas être touché.
    7. Respectez la distanciation de 2 mètres.
    8. Lavez-vous les mains avec le gel hydroalcoolique à votre disposition.
    9. Ne portez pas de gants.
    10. Lisez les consignes affichées sur place.